PS4 : que vaut-elle vraiment ?

Sur le marché depuis près de 3 ans, la PS4 continue à faire des adeptes. S’érigeant en digne successeur de la PS3, cette console de salon est sans doute celle dont les jeux ont enregistré les plus gros succès au cours des dernières années. La bête sauvage avait fait bonne impression depuis ses débuts, cumulant les points positifs auprès des joueurs qui ont craqué pour son design racé. Pour les joueurs comme pour les spécialistes, ces trois années d’existence ont permis de constater le réel potentiel de la PS4.

Une console qui accumule les innovations

ps4-distro-planetLes premières impressions sur la PS4 laissaient déjà deviner que la console de salon serait un bon compromis pour les gamers. Un design plus soigné que celui de la PS3, une allure plus agressive aussi, la console de Sony se reconnaît à son style épuré et efficace. Les formes arrondies ne sont plus d’actualité, laissant la PS4 avec des composantes subtilement dissimulées.

Le bouton d’allumage ainsi que celui destiné à éjecter les disques se positionnent stratégiquement là où les doigts les retrouvent facilement. Idem pour les spots qui sont positionnés à l’arrière de la console.

Le DualShock 4, l’atout de la PS4 ?

La sortie du DualShock 4 et de son pavé tactile n’a pas manqué de faire des curieux. Si les révisions sur la manette n’ont rien de radical, les changements restent assez notables pour attirer l’attention. Les différences se ressentent notamment au niveau de la prise en main, beaucoup plus confortable, et de la position inversée des gâchettes qui évitent maintenant le glissement des doigts. Il faut reconnaître que le géant japonais a fait du non-travail pour améliorer la prise en main !

En apparence, le DualShock 4 a tout pour plaire. On note toutefois la présence d’une batterie lithium ion sur la manette : 8 h d’autonomie, une facilité à recharger… le concept pourrait plaire, mais la majorité des joueurs sont loin d’apprécier, car la batterie en question a une autonomie deux fois moins élevée que celle du DualShock 3. Il peut donc devenir indispensable d’acquérir une station de recharge ou une seconde manette pour éviter d’interrompre les parties en cours.

Un menu qui laisse à désirer

whitePS4-distroplanetLa plus grosse lacune de la PS4 reste son menu au désordre ahurissant. Plus de XRossMediaBar, mais une interface où tous les jeux sont présents. Celui qui est inséré doit ainsi être recherché dans la longue liste de jeux possédés pour pouvoir être ouvert. Ce désordre est accentué par la présence d’une vue d’ensemble miniaturisée pour chaque jeu. Si à l’origine cette approche offre des informations plutôt intéressantes, elle finit par donner une interface négligée à la PS4 qui s’en serait bien passée.

Heureusement, les titres sortis sur cette console de salon font vite oublier ces petits défauts. Avec des exclusivités sorties et celles à venir, la PS4 pourrait bientôt être plus rentable que la désormais mythique PS2.